Pour les Eleves de TS1 (2008/2009). Les Cours les DMs etc...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dissertation Philo

Aller en bas 
AuteurMessage
Anthony
Admin
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 13/11/2008
Age : 28

MessageSujet: Dissertation Philo   Dim 23 Nov - 16:21

Trouvé quelques trucs vite fais:

Définitions des termes :

* peut : Est-il possible, est-il légitime.

* être : Du latin esse, « être ». 1) Verbe : exister, se trouver là. En logique, copule exprimant la relation qui unit le prédicat au sujet (exemple : l'homme est mortel). 2) Nom : ce qui est, l'étant. 3) Le fait d'être (par opposition à ce qui est, l'étant). 4) Ce qu'est une chose, son essence (exemple : l'être de l'homme). 5) Avec une majuscule (l'Être), l'être absolu, l'être parfait, Dieu.

* plus : d'avantage, un surcroît, un supplément.

* libre : sans entrave, en faisant ce que j'ai décidé de faire, maître de ma vie autant que je le veux.


Extrait du corrigé : * "liberté": notion difficile à définir d'une manière simple, tant d'aspects sont envisageables. On partira d'une conception générale de la liberté comme absence de contraintes. Ces contraintes peuvent être de deux sortes: extérieures ou intérieures. A partir de cette distinction, on devra faire varier les définitions possibles de la liberté.Reformulation.Faut-il dire radicalement que l'homme est, ou n'est pas, libre, cad capable d'agir et de choisir ou vouloir indépendamment de toute contrainte ? Ou bien est-il plus exact de dire qu'il peut se libérer à travers une progression, ce qui sous-entend des étapes à franchir ? Les deux positions, en fait, se contredisent-elles ?Démarche possible.Envisager la notion-clé dans son sens le plus commun pour en tirer des conséquences par rapport au sujet.



Et aussi ca:


Peut-on être plus ou moins libre ?
Le sujet met en rapport la notion de liberté et celle de degré (plus ou moins). On a parfois tendance, en effet, à raisonner dans ce domaine en termes de tout ou rien et à présenter la question de la liberté sous forme d'une alternative. Ici la question sera plutôt de savoir, si on admet effectivement des degrés de liberté, ce qui détermine ces degrés.


Il semble que la notion de "degré de liberté" soit à mettre en rapport avec l'idée selon laquelle la liberté serait le résultat d'un travail -individuel ou collectif- de LIBERATION.

Ce travail pourrait être inégalement abouti. Peut-être, du reste, ne peut-il être totalement achevé. D'où l'idée que la liberté peut être vue comme une AUGMENTATION DE CONSCIENCE.

Reste alors à savoir de quoi on se libère : des préjugés ? des passions ? des déterminations sociales ?


III - LES GRANDES LIGNES DE REFLEXION

On a tendance à voir la liberté comme quelque chose que le sujet possède ou non, à la façon dont on peut dire que l'homme possède la raison. Mais "possède"-t-on la liberté comme on possède une faculté , UN BIEN ?

D'autre part, envisagée de cette façon, la liberté peut être plus ou moins entravée : même si on admet que tout le monde la possède en principe, son exercice peut être entravé en fait. Mais en ce cas, c'est moins la liberté qui a des degrés que son exercice.

C'est pourquoi, pour donner sa pleine signification au sujet, il convient d'envisager l'idée selon laquelle il n'y a pas à proprement parler de liberté conçue comme un trait d'essence mais une libération par rapport à ce qui nous détermine. Il faut alors s'interroger sur les instruments qui peuvent nous permettre de gagner en conscience et en degré de liberté. Ceci ouvre alors au sujet une perspective non seulement sociologique ou psychologique mais surtout POLITIQUE.



A - COMMENT LA NOTION DE LIBERTE PEUT-ELLE S'ACCOMMODER DE CELLE DE DEGRE ?

On a tendance à considérer la liberté comme un trait que les êtres possèdent ou non. le sentiment de notre propre liberté ne s'accommode pas de degrés (même si ce sentiment peut connaître des intensités différentes) : nous avons éventuellement le sentiment d'être libre mais pas d'être plus ou moins libre. par conséquent, on ne trouve pas spontanément à quoi rattacher la notion de degré.




B - Cependant, il est peut-être trompeur de voir dans la liberté une propriété (qu'on a ou non).

D'autre part, le témoignage introspectif est trompeur. Il nous renseigne sur l'existence de certains phénomènes psychiques mais non pas sur leur nature : ainsi le témoignage subjectif ne peut nous renseigner sur la question de savoir s'il est de notre nature d'être libre. Enfin, même si on arrive à établir que nous sommes libres, rien n'empêche de considérer que cette liberté est entravée (passion etc.). Au minimum, il nous faut donc considérer que l'usage de notre liberté est susceptible de degré, selon le degré de contrôle rationnel que nous exerçons sur nos actes.


C - Ceci conduit déjà de la liberté à la libération.

Le sujet rationnel exerce son libre pouvoir de représentation pour résister aux passions (Descartes). Il actualise ainsi une liberté qu'il possède par essence. Mais si on renonce au dualisme de l'âme et du corps, force est de reconnaître qu'il n'existe pas de liberté, mais seulement des degrés de liberté qui sont le résultat d'un travail de libération. Ce travail ne porte pas seulement sur les passions, mais aussi sur toutes les déterminations sociales. Comme l'observe Bourdieu, nous ne sommes pas des sujets mais seulement des agents qui construisent le monde à l'aide de catégories qu'ils n'ont pas construites. En exhibant ces catégories, ces principes, on libère l'agent jusqu'à un certain point de son enracinement social et d'un certain nombre de schémas de connaissance et d'action qui nous amènent à accepter le monde tel qu'il est.

La liberté apparaît donc comme une libération, laquelle passe par une "augmentation de conscience" (Leibniz). On peut donc, en ce sens, être plus ou moins libre et, mieux, il n'y a pas d'alternative à ce plus ou moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://classe-ts1.1forum.biz
Alex



Messages : 25
Date d'inscription : 18/11/2008
Age : 27

MessageSujet: Re: Dissertation Philo   Dim 23 Nov - 22:07

Hum ...
J'ai pas tout lu, je veux pas me dégouter de ce que j'ai fait
Je pense cependant, qu'il faut analyser, dans la "pré-étude" les termes "plus" et "moins" ensemble ==> "plus ou moins"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dissertation Philo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Est-il possible de ne croire en rien ?
» « Atelier de lecture » - Thomas d’Aquin, Somme théologique – La loi (Prima secundae, questions 90 à 99)
» Dissertation de Philo TS1
» Dissertation et exemples...
» [Philo] Applications de la magie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la TS1 - Lycée Raynouard :: DM et Devoirs :: Autres Matieres-
Sauter vers: